Filmographie
Projets
Exclusif: The Shepherd
Newsletter : inscrits
Comme autres fans, inscrivez-vous notre newsletter et recevez directement dans votre boite email les dernires news du site.
Imprimer la page Envoyer  un ami Tlcharger la galerie photos au format Zip |  L`Arme absolue
L`Arme absolue / Black Eagle de Eric Karson
L`Arme absolue
Black Eagle
Etats-Unis, 1987
De Eric Karson
Avec Shô Kosugi, Doran Clark, Bruce French, Vladimir Skomarovsky, William Bassett, Kane Kosugi
Scnario: Michael Gonzales, A.E. Peters
Photographie: George Koblasa
Musique: Terry Plumeri
Dure : 1h33
Sortie France: 28 Dcembre 1988
Sortie Etats-Unis : 15 Mai 1988

Budget : NC
Box-Office France : NC
Recettes Etats-Unis : NC
Recettes exploitation vido : NC
Synopsis
Gisant au fond de la méditerranée, l’épave d’un bombardier américain renferme encore un système électronique hautement convoité. Il s’agit d’un dispositif permettant aux projectiles envoyés sur l’ennemi d’atteindre inévitablement leur but. La CIA envoie sur place un de ses meilleurs agents surnommé l’aigle noir tandis que les services secrets soviétiques tentent eux aussi de localiser l’avion immergé. Tous les moyens sont bons pour s’approprier le dispositif électronique. L’affrontement entre l’aigle noir et son homologue russe, l’impitoyable Andreï, est inévitable.

Anecdotes
Shô Kosugi était au début des années 80 le ninja attitré de la Cannon Group, maison de production détenue par Menahem Golan et Yoram Globus, qui ont justement lancé Van Damme. Erik Carson est lui un spécialiste du film de tatanne puisqu'il a également dirigé Chuck Norris dans La Fureur du juste et le français Olivier Gruner dans Angel Town.

Critique
Voyant le potentiel commercial du ninja mou Shô Kosugi décliner de film en film, les producteurs lui adjoignent une star en devenir, à savoir notre Jean-Claude Van Damme, dans le but de dynamiter un peu les combats. Celui-ci, qui joue une fois de plus le méchant Russe (les Américains ayant une fâcheuse tendance à prendre tous les Européens pour des Russes) s’humanisant peu à peu au contact d’une femme, parvient sans peine à impressionner beaucoup plus les spectateurs que son adversaire encore plus démodé que Michael Dudikoff. Petite production aussi ringarde que Z, le film ne vaut que pour deux ou trois scènes d'action dans lesquelles Van Damme fait la démonstration de ses talents.

Le coup qui tue
Pas un coup, mais la démarche menaçante à-la-Terminator de Van Damme qui avance vers son adversaire.

La rplique qui tue
"Passe-moi ma serviette", l'une des deux répliques de Van Damme dans tout le film.

Quelques liens
Site de fan
Discutez du film sur le forum francophone


Commentaires / Ajouter un commentaire
08 Dcembre 2006 - dadou du sstyle
08 Dcembre 2006 - mr man
12 Dcembre 2005 - kicker Andreï