Accueil Jeanclaudevandamme.fr
Liens Partenaires
In Hell (2003)
Retour à la fiche du film In Hell
Vos préférences
Photos
Bande-annonce
18 commentaires
un tres grand film
marciodaniel750@hotmail.com
c'et un tres grand film
Van Damme dans un autre registre
rei28
Avec "JCVD" et "In Hell" Van Damme démontre qu'il peut faire autre chose que des films d'actions et qu'il posséde un talent d'acteur.
IN HELL
STEEVE
un très grand film pour un grand acteur
BOODSPORT
CROSAMIR
DU BRUCE LEE VERSION VAN DAMME UN GRAND ECART A ETTAIT FRANCHIT CHAPEAUX VAN DAMME
IN HELL
CROSAMIR
ENTRE AMOUR ET HAINE CE FILM C UN VRAI COUP DE POING GENIAL
in hell
nami 2b
un monstre se film
moshi
grave
un film où son jeux d'acteur est bon, un film que j'ai adoré au point de l'avoir en DVD pour moi van Damme c'est le légionnaire, in hell, double impact et kickboxer
TOP
Cortes
Le top, le mieux, le meilleur de JCVD.
sans titre
MINOUGRINGO
MAGNIFIQUEMENT FILMER,magnifiquement interprété par jcvd et autres acteurs.
j ador
alex
j ador se film pour moi c un bijou
pa mal du tou

van damme se dechaine dan tré bon film ou il é aidé de tré bon second role
cathartique!
max
Je trouve qu'il est navrant de voir à quel point certains critiques (qui semblent calquer leur opinion sur les médias) dénigrent à ce point van damme (ceci est le cas sur de nombreux sites). En quoi ce film est mauvais, je vous le demande, emprunt de poésie, véritable métaphore judéo-chrétienne sur la souffrance, ce film est un chemin de croix. Une croix tachetée du sang des incompris; ceux là même qui s'extirpent de leur quotidienneté pour nous offrir une vérité troublante, un cri de révolte, car oui, ce film est une ode a la souffrance. A travers son personnage en perdition, van damme ne cherche t il pas dénoncer ses erreurs, ou plus subtilement les nôtres? Déchu, meurtri et blessé, il incarne le héros propre aux tragédies classiques, celui qui souffre à notre place. Il conforte en nous ce plaisir masochiste à voir souffrir quelqu'un devant nous. Mais au travers de ce simulacre, une vérité se dégage toutefois ; nous reconnaissons la douleur du personnage pour l'avoir reconnu en nous. N'est il jamais arrivé à personne de vouloir arracher à son coeur ce cri trop longtemps enfoui dans les ténèbres? La souffrance est synonyme de rédemption, détruire pour mieux renaître...Aussi ce film, véritable témoignage, à la fois si proche et si lointain revendique son aspiration à l'existence. Van damme y renaît plus blessé que jamais, mais à travers ce mal salvateur il entame sa mue inexorable et dévoile son coeur à la figure impassible d'un monde en perdition. Effectivement, qu'est-ce qu'un société à l'esprit grégaire comme la nôtre en a foutre de ses films? Les médias en ont fait le réceptacle des railleries aussi diverses que haïssables. Mais au fond, mieux vaut demeurer incompris que de prendre part à cette grotesque mascarade où seule compte l'apparence. Illusion chimérique et "euphémisée" par la bêtise et la consommation de masse. Au delà de cet enfer existe la certitude de faire passer un message. Au milieu des ténèbres, la lumière se fait plus intense et dévoile tout son sens. In hell est ce genre de film qu'il convient de regarder sous un aspect social, dénué de tout conformisme et emprunt d'un charme certain car véridique. Il est une métaphore sur la célébration de la vie par la souffrance, seule capable de nous arracher à ce "sommeil de la raison", pour reprendre cette formulation de Goya. Ce film transpire la sincérité par tous les pores, il est ce à quoi il est nécessaire de s'identifier, afin de véhiculer un message tangible sur la réalité de ce monde. Van damme y est remarquable, malheureusement pour lui, car les gens n’y prêteront pas attention, excepté les irréductibles que nous sommes... Ce film, Van damme l’a fait pour lui-même, il est un exutoire, une catharsis dévoilant ses maux et ses faiblesses. Cependant, il est resté droit et fier, apte à contempler son propre désarrois et d’en rire, conscient qu’à travers sa peine, c’est lui-même qu’il redécouvre.
Un grand film!
Gérard
J-C a fait des grands film mais la avec In Hell il depasse tous , c'est un film formidable , bourré d'émotions , de peur , de brutalité ... merci a van damme pour ce film
le bijou de van damme
michael
un des meileur van damme tro bon film et tres bon realisateur et acteur van damme dommage que les distributeur ne lon pa mi au ciné au lieux de nous métre des film de merde van damme mérite que tou ses film sort au ciné
Le chef d'oeuvre de Van Damme
Mike
Sur le papier, IN HELL n'a rien d'original. L'histoire fait immédiatement penser à un mélange de BLOODSPORT et de COUPS POUR COUPS, le genre de films que faisait Van Damme dans les années 80. Sur l'écran par contre, c'est tout autre chose. Avec ce film, Van Damme tient son chef-d'oeuvre. C'est simple, on ne l'a jamais vu comme ça. Oubliez l'image de super héros qu'il s'est donné dans ses précédents films. Ici, pendant toute la première moitié du film, Van Damme s'en prend plein la gueule. Humilié, battu, torturé, il tente même de suicider en se fracassant la tête contre les murs. Finalement décidé à vivre, il accepte de participer aux combats. Et là encoe un choc. Pas de coup de pied retouné, pas de grand écart. Ici, on est dans FIGHT CLUB. On n'est pas là pour rigoler mais pour sauver sa peau. Du coup, on a des combats sauvages, hyper violents. Pas de chorégraphie made in Hong Kong, mais de vrais combats de rues: pojections, clés de bras, morsures... tout est permis. Bien sûr, Van Damme devient le meilleur combattant de la prison. Mais là encore, l'image du héros est cassé car en devenant le meilleur, Van Damme/Kyle perd son humanité, il devient une vraie bête sauvage. Sa vraie victoire, il l'obtiendra en refusant le combat, en arrêtant de jouer le jeu des matons. Psychologiquement, IN HELL est un film incroyable. On assiste véritablement à la déchéance d'un homme, puis à sa renaissance. Van Damme n'a jamais été aussi bon acteur que dans ce film. Il a véritablement trouvé en Ringo Lam son réalisateur fétiche, celui qui le rend meilleur que jamais (comme Brad Pitt avec David Fincher). Espérons que leur collaboration perdure et nous livre d'autres chefs d'oeuvres comme celui-ci.
Le sauvage
Kicker
Un très bon film avec cependant des passages pas terribles. Des combats très brutaux et une histoire bien tournée. Un film qui méritait mieux de la part du public. A voir!
Ringo Lam
the shalao
Je préférais les autres Ringo Lam, plus nerveux, mais la technique reste excellente, et le film aurait mérité une sortie en salles.
In Hell (The sauvage)
gatoacostao
Quien coño es el del acordeón sòy español (de murcia) y creo haberlo reconocido pidiendo por la calle.
   Critique
Titre original : In Hell
Origines : Etats-Unis, 2003
Durée : 1h36
Sortie France : Inédit en salles
Sortie Etats-Unis : Inédit en salles
Budget : $17,000,000
Salaire :
Box-Office Vidéo (Etats-Unis) : $22,700,000
Synopsis
Dans la prison la plus corrompue de toute l’Europe de l’est, les prisonniers se battent les uns contre les autres lors de combats clandestins organisés par le directeur. Kyle LeBlanc, interné depuis peu pour avoir tué l’assassin de sa femme, devient, dans l’enceinte de la prison, un sauvage assoiffé de sang, une bête de combats déshumanisée.
Critique
Un Van Damme tout en noirceur et en finesse, qui révèle des talents enfouis depuis Replicant, du même cinéaste Ringo Lam. Sa lente descente aux enfers, son jeu désincarné, son visage démoniaque, renforcent la puissance d'un film d'une violence extrême. Les combats, plus rares que prévu, sont d'une brutalité incroyable, qui tranche avec le côté Bloodsport auquel on pouvait s'attendre. In Hell est ainsi plus un film violent qu’un réel film d’action. Si le film, ponctué par une voix off oppressante, pâtit légèrement de son manque d'argent (les avions en image de synthèse) et de ses ambitions poétiques, il reste la preuve que Jean-Claude Van Damme existe toujours.
Anecdotes
Le film a connu plusieurs titres. Tout d'abord intitulé Hell, il est successivement devenu The S.H.U., puis The Savage, avant le titre final In Hell.

En dehors de l'Espagne, aucun pays n'a sorti le film en salles.

A la base, l'histoire devait se dérouler au Mexique, mais a été déplacée en Russie pour des raisons de budget.

Van Damme et Ringo Lam ont déjà collaboré ensemble sur Replicant et Risque maximum.
Le coup qui tue : Jean-Claude Van Damme arrachant de ses dents la carotide de son adversaire.
La réplique qui tue :
La note des lecteurs (7 votants) :
Votre note :
Copyright © 2005-2012 jeanclaudevandamme.fr | Tous droits réservés | Contactez-moi